Accélération des actions pour le climat dans les transports

COP21 - Focus day Transports

A l’occasion de la journée consacrée aux transports à la COP21, Ségolène Royal a appelé les professionnels des infrastructures routières à s’engager résolument dans la transition énergétique au travers d’un plan national pour la route à énergie positive permettant la réalisation de 1 000 km de routes solaires d’ici 5 ans.

Les usages de la route sont très souvent émetteurs de gaz à effets de serre et posent la question de la soutenabilité de ce mode de transport.

En complément des efforts de transfert des déplacements vers les modes alternatifs à la route, comme la marche, le vélo, le fer ou le fleuve, la ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, a décidé de faire de la France le pays pionner de la route à énergie positive.

Ce plan vise à faire de la route non seulement un axe de transport mais également une source de production d’énergie propre et renouvelable sans consommation d’espace supplémentaire.

L’objectif est que les projets en cours de développement se traduisent sous deux années en démonstrateurs pour la production de chaleur et d’électricité et que les réalisations concrètes se déploient d’ici 5 ans.


Ce plan se déclinera de la manière suivante :

- Mobilisation des acteurs privés dans le cadre de l’appel à projet « Route du futur » du programme d’investissement d’avenir piloté par l’ADEME sous le contrôle du commissariat général aux investissements. Les dossiers sont à soumettre d’ici le printemps 2016.

- Définition d’ici le printemps 2016 par l’État du cadre réglementaire de déploiement de la route solaire.

- A partir de 2016, généralisation des expérimentations des routes solaires et d’autres technologies sur le réseau de l’État et en liaison avec les collectivités et les sociétés concessionnaires d’autoroutes pour tester les différents domaines d’emplois de cette nouvelle technologie.

- Réalisation d’ici début 2017 d’un démonstrateur de la route récupératrice de chaleur en s’appuyant sur la convention entre le ministère, l’IFSTTAR, le conseil départemental de Seine-et-Marne et l’industrie routière.

- Industrialisation des nouveaux procédés technologiques à partir de l’année 2017 et déploiement en France pour atteindre d’ici 5 ans l’objectif de 1 000 km de routes à énergie positive.

La France confirme ainsi son engagement dans la lutte contre le réchauffement climatique grâce à des solutions profondément novatrices, uniques au monde.

+ d'informations sur le site du Ministère de l'Écologie, du développement durable et de l'Énergie.