Transpolis

Un projet pour offrir un ensemble de plateformes à portée nationale et internationale en Région Auvergne-Rhône-Alpes dédiées à l’innovation pour la mobilité

Créé sous l’impulsion du pôle de compétitivité LUTB (dont l’Ifsttar est membre fondateur), maintenant CARA, le projet Transpolis répond à une double demande : consolider et mutualiser des moyens d’essais préexistants au sein des partenaires du pôle CARA, et répondre à de nouveaux besoins par la création de moyens d’essais additionnels. Il consiste en la création d’une nouvelle plateforme aux Fromentaux (dans l’Ain)venant se rajouter à celle de Renault Trucks déjà existante à la Valbonne (également dans l’Ain) et dont l’achèvement est prévu pour la fin 2018. Elle regroupera et étendra les moyens d’essais existants sur l’emprise de l’Aéroport Saint-Exupéry (site que nous sommes contraints de quitter) pour les acteurs des filières spécialisées en mobilité. Ce nouvel outil a vocation à faciliter la mise en œuvre de démonstrateurs nécessaires au déploiement d’innovations issues de projets« R&D » en environnement contrôlé, étape indispensable afin d’accélérer le déploiement en situation réelle (living labs).

Après 10 années de phases d’expression des besoins, de définition des composants du projet, de montage financier, juridique et technique pour le projet dans son ensemble,cette plateforme sera inaugurée d’ici fin 2018. Ce site réunit deux zones d’expérimentations. La première appelée « I4C-M pour Ifsttar Innovation for City Move » sera consacrée aux questions liées à la sûreté et à la sécurité ainsi qu’aux systèmes urbains. La seconde dénommée « TEC pour Transpolis Engineering Center » étudiera quant à elle les problématiques relatives à l’architecture et au confort,aux équipements ITS et à la connectivité et regroupera des bureaux, des ateliers et des laboratoires. La projet Transpolis, comme il a été rappelé, compte également le centre d’essais Renault-Trucks situé à La Valbonne. Ce dernier s’intéressera aux questions de fiabilité et de fonctionnalité. S’adressant à une communauté ouverte d’utilisateurs, entreprises de petite et moyenne taille notamment, les moyens issus de ce projet seront exploités par une entité indépendante« Transpolis SAS » (société par actions simplifiées) et permettront à ses utilisateurs de recourir à différents services afin de mener à bien des projets de R&D et d’innovation. À terme, cet ensemble de plateformes a pour ambition de constituer un ensemble d’infrastructures très complémentaires dans les domaines de la voirie, de l’énergie, des ITS, des télécoms et de la connectivité, de la robotisation et de l’instrumentation avancée et de scénariser pour accueillir la mise en œuvre de démonstrateurs nécessaires au déploiement d’innovations issus de projets de R&D des partenaires du pôle-CARA, acteurs publics et industriels, et plus largement de la communauté des acteurs de la mobilité. Les problématiques étudiées seront les suivantes :

  • Systèmes de transport dans la ville réticulaire: sécuriser et optimiser toute interaction entre les réseaux de la ville
  • Partage de l’espace urbain : insertion des systèmes de transport dans la voirie urbaine, manœuvrabilité, affectations des voiries, systèmes guidés, etc.
  • Attractivité, sécurité et sûreté des systèmes eux-mêmes (intégrant le confort des usagers)
  • Optimisation des systèmes au regard des préoccupations environnementales : systèmes et véhicules propres et économes (évaluation des politiques publiques spécifiques)
  • Systèmes de transport innovants (nouveaux systèmes et nouveaux véhicules) et nouveaux aménagements•
  • Usages particuliers de la ville inclusive(aménagements et transports spécifiques, ainsi que les problématiques d’accessibilité tant physique, économique, cognitive que liées aux PMR[1] et aux passagers vulnérables)
  • Compétitivité des acteurs : Labellisé plateformes mutualisées d’innovation (PFMI), le projet est reconnu pour son utilité en tant que vecteur de transfert d’innovations technologiques et sociétale en produits et solutions innovantes.
  • Le projet Transpolis d’un montant de 18M€, est financé par l’État via la DGE[2] et la DRRT, la Région Auvergne-Rhône-Alpes, le département de l’Ain et la communauté des communes de la plaine de l’Ain et la métropole de Lyon et des partenaires privés (grands groupes, ETI et PME). Près de45 partenaires publics et privés soutiennent ce projet.



[1] PMR : Personne à mobilité réduite
[2] DGE : Direction générale des entreprises, placée sous l’autorité du ministère de l’Économie et des Finances

Brèves