Ecotropy, capteurs sur la ville

Aider les concepteurs de bâtiments à livrer des bâtiments plus économes en énergie

Le bâtiment est le plus gros gisement d'économies d'énergie. Pour faire face aux enjeux liés à la transition énergétique, la filière du bâtiment subit deux transformations majeures : l'introduction de plus en plus d'outils numériques et le développement d'approches performantielles privilégiant l'obligation de résultats plutôt que l'obligation de moyens. Les outils numériques tels que les capteurs communicants et les logiciels de modélisation ou traitement des données permettent de mieux prédire, surveiller et piloter les consommations énergétiques d'un bâtiment, afin de réduire ses consommations sans dégrader le confort de ses occupants.

Une équipe de chercheurs des laboratoires SII (structure et instrumentation intégrée, Ifsttar à Nantes) et LISIS (laboratoire instrumentation, simulation et informatique scientifique, Ifsttar à Marne-la-Vallée) travaille depuis plusieurs années sur cette thématique. Un des axes de recherche poursuivis concerne la modélisation numérique du comportement énergétique du bâtiment. La finalité de ces recherches est de mettre au point des outils logiciels qui permettent d'obtenir des modèles de simulation reproduisant le plus fidèlement possible ce comportement. Un modèle de simulation fiable permet de mieux comprendre comment le bâtiment fonctionne d'un point de vue thermique afin par exemple de mieux cibler les travaux de rénovation ou de détecter rapidement des dysfonctionnements dans les installations. Un bon modèle thermique permet de réduire énormément les gaspillages d'énergie : une étude récente sur un certain nombre de cas a montré que le coût de la simulation était rentabilisé alors au bout de quelques mois.

Mais la simulation se heurte à des difficultés importantes avec les outils existants aujourd'hui sur le marché. Obtenir une bonne simulation est un processus long et coûteux. Une simulation demande en entrée du logiciel de fournir un grand nombre de données associées à de nombreuses hypothèses qui conduisent à des incertitudes sur les résultats de prédiction fournis par le calcul. Pour que la simulation puisse être utilisée sur un bâtiment existant pour valider et surveiller ses performances, il faut impérativement corriger le modèle des erreurs induites par ces incertitudes. Pour ce faire, un certain nombre de paramètres doivent être ajustés en fonction des conditions réelles d'utilisation du bâtiment. Ce processus, qui s'apparente au processus d'étalonnage d'un capteur pour une mesure physique, s'appelle la « calibration de modèle ».

Les travaux de l'équipe Ifsttar ont permis de mettre au point un code de calcul qui facilite et automatise ce processus. Le code de calcul associe un moteur de modélisation thermique, des données de mesures issues de capteurs installés dans le bâtiment, et des algorithmes de calcul puissants reposant sur la théorie de l'optimisation. Pour y arriver, il aura fallu 6 ans de R&D, une dizaine de publications et de multiples collaborations scientifiques : projet ANR/MEMOIRE sur les méthodes d'audit énergétique instrumenté, projet ANR/PRECCISION, atelier de recherche sur les méthodes pour la garantie de performances énergétiques – ADEME/FBE).

Pour répondre à la forte demande des professionnels du bâtiment pour ce type d'outils, Alexandre Nassiopoulos, chercheur à l'Ifsttar, a créé en 2006 la société Ecotropy pour commercialiser une version industrielle de ce logiciel. Ecotropy s'adresse aux sociétés de services en efficacité énergétique (bureaux d'études en conception ou sociétés d'exploitation-maintenance des installations de chauffage-ventilation-climatisation) et leur permet de livrer des bâtiments atteignant réellement les niveaux de confort et de consommation promis lors de la conception. Vue 3D du bâtiment South Express, un des premiers pilotes réalisés par Ecotropy 23 Ecotropy a reçu dès le début le soutien actif de l'Ifsttar puis rapidement celui de l'incubateur Atlanpole, soutenu par la région Pays de la Loire. Pour son amorçage, Ecotropy a réalisé une première levée de fonds de 120 k€ auprès de l'accélérateur européen KIC Inno Energy.

L'année 2016 a permis à la société de préciser son offre s'orientant vers le marché des bâtiments tertiaires de bureaux, en particulier ceux construits ou gérés dans le cadre de contrats avec garantie de performances. Durant cette première année, une version industrielle du code de calcul a également été développée, sa première version commercialisable sera disponible mi-2017. Par ailleurs une série de projets pilotes pour affiner les aspects technologiques et apporter des preuves de concept ont été réalisés.

Après un chiffre d'affaires réalisé de 30 k€ en 2016, Ecotropy vise un chiffre d'affaires de 100 k€ en 2017 puis de 900 k€ en 2018.

Plus d'informations sur www.ecotropy.fr