Fédérer les compétences pour « réparer l’humain »

Porté par le vieillissement de la population, le marché mondial des biomatériaux et des dispositifs médicaux est en croissance.

Le Groupement de recherche « Réparer l’humain » a été labellisé fin 2017 par le CNRS et l’Inserm. Il regroupe dès sa création 102 équipes académiques et 32 industriels et débutera dès ce mois de janvier 2018 pour une durée de quatre ans.

Des analyses ont conduit à une proposition de structuration nationale dans le domaine de la médecine réparatrice selon cinq propositions :

  1. Connaitre les ressources : cartographie nationale des groupes de recherche académiques, industriels et cliniques ; recensement des personnels, types de contrats, portefeuilles de brevets ; classification par cible thérapeutique/organe/tissu.
  2. Fédérer les forces et établir des priorités nationales : lister les correspondants nationaux par thématiques et organes ; établir une structuration par un Groupement de recherche (GDR) en lien étroit avec ceux déjà existants ; définir des priorités thématiques en lien avec AVIESAN.
  3. Être proactifs auprès des sociétés savantes, des journaux scientifiques du domaine, des commissions scientifiques et des congrès majeurs du domaine ; se rapprocher des organisations professionnelles et d’autres sociétés savantes de domaines complémentaires.
  4. Assurer le lien avec les acteurs régionaux : Régions, pôles de compétitivité…
  5. Former à et par la recherche.

 

La réunion de lancement du GDR aura lieu à Paris, dans l’Amphithéâtre du CNRS, rue Michel Ange, le 5 mars 2018.

Brèves