IRSTV : préparer la ville aux changements

IRSTV : préparer la ville aux changements - Ifsttar - IRSTV-UNE_img

© Nicolas Antigny

Fédération de recherche, l’IRSTV (Institut de recherche en sciences et techniques de la ville) réunit vingt-trois équipes de recherche des Pays de la Loire dont trois de l’Ifsttar. Ses chercheurs conduisent des travaux interdisciplinaires axés sur le développement durable des villes. Précisions.

« L’Institut fait émerger des projets de recherche transversaux permettant d’étudier la ville dans toutes ses dimensions : environnementale, énergétique, acoustique, humaine... C’est l’un des trois pôles de recherche dédié à la Ville en France » lance Béatrice Bechet, directrice de l’Institut de recherche en sciences et techniques de la ville et chargée de recherche au LEE de l’Ifsttar. Fédération de recherche CNRS créée en 2006 et hébergée sur le campus de Centrale Nantes, l’IRSTV articule la recherche sur les environnements urbains et l'aménagement durable des villes. Il associe une centaine de chercheurs, ingénieurs et techniciens issus de 23 équipes des Pays de la Loire. Avec 25 chercheurs, doctorants, post-doctorants et techniciens du LEE, de l’UMRAE (Ifsttar – CEREMA) et de Geoloc,

« l’Ifsttar est le premier contributeur de la fédération en termes de ressources humaines et un important soutien financier »

précise Béatrice Bechet. Organisé autour de sept thématiques de recherche, l’IRSTV contribue à « améliorer notre compréhension de l’écosystème urbain afin d’améliorer la qualité de vie en ville et d’anticiper les adaptations nécessaires face au changement climatique ». Un objectif en total adéquation avec les axes stratégiques de l’Ifsttar.

Un environnement favorable à la recherche pluridisciplinaire

« La fédération permet aux chercheurs de mener des projets qui vont au-delà de leur thématique de recherche » affirme Valérie Renaudin, responsable de l’équipe Geoloc à l’Ifsttar. Le projet européen Horizon 2020 « Nature4Cities » illustre bien cette plus-value de l’IRSTV. « Ce projet, copiloté par le CEREMA (membre de l’IRSTV), associe 12 chercheurs de la fédération, dont 6 de l’Ifsttar, aux spécialités diverses –  sociologie, psychologie, acoustique, hydrologie, micro-climatologie, sciences du sol… -  pour remettre la nature au cœur des processus d’innovation, de planification et de la réalisation des projets urbains » explique Béatrice Bechet. L’IRSTV offre également un environnement favorable à la recherche pluridisciplinaire : appui administratif (gestion financière de projets, aide au montage de thèses et stages), salle de réunions et bureaux...

« L’Ifsttar apporte notamment son expertise dans le déploiement de réseaux de capteurs et dans le recueil et l’analyse des données » souligne la directrice. Au sein de la fédération, les chercheurs de l’Ifsttar animent ou co-animent quatre axes de recherche thématiques. L’axe « Tomographie urbaine » vise à modéliser le plus finement possible l’environnement urbain afin, par exemple, d’améliorer la navigation piétonne. L’axe « microclimat urbain et énergie » contribue au développement des stratégies d’adaptation des villes au changement global, qu’il soit climatique ou lié à l’urbanisation croissante. L’axe « Environnement sonore urbain » conçoit des outils d’analyse acoustique pour les aménageurs (collectivités locales, urbanistes, etc.). Dans ce cadre, l’Ifsttar pilote par exemple au sein de l’IRSTV le projet ANR CENSE sur la « Caractérisation des environnements sonores urbains ». Enfin, les chercheurs de l’axe « Sols urbains » étudient la qualité des sols et les transferts de polluants notamment dans les jardins associatifs urbains. A noter également : des scientifiques sont aussi engagés dans l’Observatoire nantais des environnements urbains (ONEVU). Portée par le LEE, cette plateforme pluridisciplinaire d’observation (des flux d'eau, de polluants et d'énergie, de la température, de l’humidité, de la qualité des sols…) regroupe six sites expérimentaux de mesure. Elle constitue un axe transversal de l’IRSTV.

Brèves