ESB 2016 : un congrès pas comme les autres

La vingt-deuxième édition du congrès de l’European Society of Biomechanics se déroulera du 10 au 13 juillet à la Cité internationale de Lyon. Elle a été organisée par le LBMC dont l’ancien directeur et actuel directeur adjoint du département Transport, Santé, Sécurité, Philippe Vezin, nous présente les points forts.

Vous attendez plus de 700 participants contre 400 à 600 pour les précédentes éditions. Comment expliquez-vous un tel succès ?

Tout d’abord, c’est le seul rendez-vous important pour les biomécaniciens, cette année. Les événements similaires, comme le congrès de l’International Society of Biomechanics, n’auront pas lieu en 2016. Autre fait exceptionnel : ce n’est pas un, mais deux congrès qui nous rassemblent pendant trois jours. Celui de la Société européenne de biomécanique et celui de la Société de biomécanique de langue française. Ces deux sociétés savantes fêtent conjointement leur 40e anniversaire à cette occasion.

Avec une trentaine de sponsors dont 25 industriels, vous battez là aussi les records...

Ce n’est pas seulement leur nombre, mais aussi leur participation financière qui se révèle inédite. C’est un bon signe pour les chercheurs qui souhaitent tisser des liens avec le monde industriel. Nous avons d’ailleurs prévu une soirée à l’hôtel de ville réservée aux sponsors et aux grandes personnalités du domaine pour assurer un travail de networking. En parallèle, nous essayons d’attirer les étudiants avec une soirée qui leur est destinée dans un autre espace de la ville. Afin d'intégrer davantage ces derniers, chaque session sera animée par un binôme de médiateurs composé d’un chercheur confirmé et d’un jeune chercheur. Cette formule n’a jamais été testée auparavant.

Pourriez-vous nous décrire dans les grandes lignes le déroulement du congrès ?

Il y aura :

  • 220 posters affichés qui feront chacun l’objet d’une présentation flash de deux minutes.
  • 400 présentations d’environ dix minutes, dont une dizaine de l’Ifsttar.
  • 18 conférences perspectives de trente minutes avec pour objectif de s’aventurer dans le champ de la prospective.
  • 4 grandes conférences plénières dans un amphithéâtre de 600 places.
  • Les visites de nos installations.
  • Différents prix et concours.

Temps forts de ce rendez-vous, les conférences plénières où des chercheurs au rayonnement international présentent l’avancée de leur projet. De qui s’agit-il ?

Roderic Pettigrew, directeur à la NIH (Institut national d’imagerie biomédicale et de bio-ingénierie), nous présentera les dernières innovations pour planifier et améliorer la médecine personnalisée avec des estimations numériques. Christopher Jacobs, professeur à l’université de Colombia, fera un point sur l’ingénierie tissulaire, ou comment cultiver des tissus au service des greffes à partir de cellules. Pascal Laugier, directeur du laboratoire d’imagerie biomédicale de Paris-6, exposera son travail sur les ultrasons comme moyen de traiter les patients et de remplacer, à terme, les rayons X dans l’imagerie médicale. Enfin, la star de la réhabilitation, Grégoire Courtine, fondateur de G-Therapeutics, nous expliquera comment il compte faire remarcher les personnes atteintes d'une lésion à la moelle épinière grâce à des stimulations pharmacologique, électrique et un entraînement assisté de robot.