Un contrat cadre avec Eiffage Infrastructures

Le 1er février 2017, l'entreprise de travaux publics Eiffage Infrastructures a signé un nouveau contrat cadre de collaboration scientifique avec l'Ifsttar. Une étape de plus qui va faciliter le montage de projets de recherche communs dans le domaine des routes et autres infrastructures de transport.

Le 1er février dernier, Hélène Jacquot-Guimbal (directrice générale de l'Ifsttar) et Laurent Girou (directeur général d'Eiffage Route) ont signé un nouveau contrat cadre de collaboration scientifique. Objectif ? Renforcer les liens établis entre ces deux partenaires depuis les années 1980, en facilitant leurs futurs projets de recherche communs dans le domaine des routes, des infrastructures de génie civil et des ouvrages d'art.

Cet accord cadre va véritablement accélérer le montage de projets de recherche, et multiplier les possibilités de collaborations. Il pourrait se décliner prochainement en contrats de recherche ou en prestations sur mesure effectuées par l'Ifsttar pour Eiffage, les perspectives en la matière étant nombreuses. « Ensemble, nous serons aussi plus forts pour répondre à des appels à projets français ou européens », indique par ailleurs Régis de Montigny, le délégué au développement économique de l'Institut. Les deux acteurs pourraient ainsi renforcer leur présence dans des projets multipartenaires. Certains sont d’ores et déjà engagés pour plusieurs années, tant sur la scène nationale qu’internationale et d’autres devraient suivre...

Les projets en cours concernent des thématiques variées telles que le développement de nouveaux matériaux écologiques (alliant recyclage, moindres consommations énergétiques et émissions de gaz à effet de serre) et matériaux bio-sourcés (par exemple avec les projets ANR[1] Algoroute et Improvmure et le projet européen Biorepavation). Autre exemple : l’instrumentation des structures routières ou ferroviaires comme celle de quatre sections de la ligne grande vitesse Bretagne-Pays de la Loire entre Le Mans et Rennes. Parmi les projets du génie civil, citons aussi le développement de bétons fibrés ultra-hautes performances (BFUP) instrumentés par fibres optiques pour des applications parasismiques (projet Badifops), la mise au point d’un BSI – le BFUP développé par Eiffage – pour renforcer et améliorer l'étanchéité des revêtements... ou bien encore le projet Infrastar pour suivre le comportement mécanique des ponts et éoliennes.

« Enfin, grâce à ce contrat cadre, Eiffage Infrastructures pourra bénéficier d’un accès aisé aux grands équipements de recherche de l'Institut tel notre manège de fatigue des chaussées ou bien encore la mini-ville laboratoire Sense-City », poursuit Régis de Montigny. Par ailleurs, outre le financement de projets de recherche, et grâce à l’accès aux marchés d’Eiffage Infrastructures, des living labs pourraient prochainement voir le jour ; il s'agit de portions de routes ouvertes à la circulation qui permettront de concrétiser les concepts innovants de la route de 5ème génération.

 

 


[1] Agence nationale de la recherche.