Crues, inondations : comment mieux se préparer ?

© Cerema Méditerranée – Florent Adamo

L'actualité nous le rappelle, les crues et inondations sont sources d’importants dégâts matériels, qui atteignent régulièrement plusieurs centaines de millions d’euros par événement en France. Elles s’avèrent aussi parfois particulièrement meurtrières. Pour faire face à ces phénomènes dont la fréquence pourrait encore augmenter à l’avenir, la mise en place de systèmes d'anticipation adaptés s'avère d'une importance cruciale.

Début octobre, dans les vallées de la Roya et de la Vésubie, dans l’arrière-pays niçois, sont tombés en seulement vingt-quatre heures jusqu’à 600 millimètres d’eau, soit 600 litres par mètre carré... ; Ce mois de janvier 2021, jusqu'à vingt-six départements sont placés en vigilance orange pour pluie-inondations ou avalanches... Face à ces situations météo de plus en plus critiques il est important de mieux se préparer.

Aujourd’hui, les épisodes de pluies extrêmes et les crues soudaines qui en découlent sur les petits cours d’eau sont de mieux en mieux compris. Toutefois, l’intensification attendue de ces phénomènes climatiques, liés au réchauffement, demande d’améliorer encore nos capacités de prévision. 

PICS, un projet de recherche qui associe chercheurs et partenaires opérationnels pour une meilleure prévision des crues soudaines et de leurs impacts.

Pour répondre à ce besoin, le projet de recherche PICS (Prévision immédiate intégrée des impacts des crues soudaines, 2018-2022) vise à concevoir et évaluer des chaînes de prévision des crues soudaines offrant jusqu’à 6h d’anticipation et permettant une estimation directe de leurs effets dommageables.

Le projet repose sur l’interaction entre des équipes scientifiques aux compétences variées (météorologues, hydrologues, hydrauliciens, économistes, sociologues), et des acteurs opérationnels (sécurité civile, autorités locales, compagnies d'assurance, gestionnaires d’ouvrages hydroélectriques et de réseaux de transport). 

Le projet de recherche ANR PICS est coordonné par Olivier Payrastre, chercheur au Laboratoire Eau Environnement - Dép. Géotechnique Environnement Risques naturels et Sciences de la terre, de l’Université Gustave Eiffel. Les équipes partenaires impliquées dans le projet sont : CCR (Caisse centrale de réassurance), Cerema (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement), CNRM (Centre national de recherches météorologiques), Géosciences Rennes, IGE (Institut des géosciences de l’environnement), INRAE (Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’Environnement), et le Schapi (Service Central d’Hydrométéorologie et d’Appui à la Prévision des Inondations).

Pour plus d'informations

Lire aussi les articles récents

VOIR LE SITE INTERNET

Brèves